supplanter

supplanter [ syplɑ̃te ] v. tr. <conjug. : 1>
XIV e; « renverser » v. 1120; lat. supplantare « faire un croc-en-jambe à qqn », « évincer », en lat. ecclés.
1Passer devant (qqn), prendre la place de (qqn) en lui faisant perdre son crédit auprès de qqn. évincer; fam. dégommer (cf. Couper l'herbe sous le pied de qqn). Toujours prêt « à trahir l'un, à supplanter l'autre » (Bourdaloue). Spécialt Supplanter un rival. Être supplanté par un autre dans le cœur d'une femme. Pronom. Les deux fils « avaient aussitôt commencé à la courtiser, moins par désir de lui plaire que par envie de se supplanter » (Maupassant).
2(Sujet chose) Éliminer (une chose) en la remplaçant dans ses usages, ses emplois. Le disque compact supplante le microsillon.

supplanter verbe transitif (latin supplantare, renverser par un croc-en-jambe, de sub, sous, et planta, plante du pied) Écarter quelqu'un de la place qu'il occupe pour se substituer à lui : Son adjoint a fini par le supplanter. Remplacer quelque chose d'autre dans ses usages : L'automobile n'a pas supplanté le train.supplanter (synonymes) verbe transitif (latin supplantare, renverser par un croc-en-jambe, de sub, sous, et planta, plante du pied) Écarter quelqu'un de la place qu'il occupe pour se substituer...
Synonymes :
- déposséder
- détrôner
- évincer
- se substituer à
Remplacer quelque chose d'autre dans ses usages
Synonymes :

supplanter
v. tr. Prendre la place de (qqn qu'on a réussi à surpasser en crédit, en prestige). Supplanter un rival.
|| (Sujet n. de chose.) La culture du mil a supplanté celle de l'arachide.

⇒SUPPLANTER, verbe trans.
A. — [Le suj. désigne qqn] Supplanter qqn. Faire perdre à quelqu'un, par des manœuvres qui le desservent, son crédit, sa faveur, sa place, afin d'en profiter soi-même et de l'éliminer à son profit; se mettre à la place de quelqu'un dans l'esprit, le cœur de quelqu'un d'autre. Synon. évincer, prendre la place de. Supplanter un rival. Cette ingénieuse personne [a] (...) formé le projet de supplanter sa bienfaitrice, et de lui souffler mari, fortune, enfant (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 100). La galère a un nouveau chef. Simon m'a remplacé, ou plutôt il m'a écarté. Il m'a supplanté! (AYMÉ, Vogue, 1944, p. 137).
— [P. méton. du suj.] L'Allemagne prodiguait à la Russie ses bons offices en vue de nous supplanter auprès d'elle (JAURÈS, Paix menacée, 1914, p. 95).
Empl. pronom. réciproque. Je ne te parlerai pas, Jérôme, des petits stratagèmes fréquents entre docteurs pour se supplanter mutuellement, pour s'enlever la clientèle des grandes maisons (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 98).
B. — [Le suj. désigne qqc.] Supplanter qqc. Éliminer et remplacer une chose (dans son existence, dans son usage, dans l'esprit du public). Synon. détrôner, remplacer. On pouvait admirer (...) de complets échantillons des diverses architectures domestiques du moyen âge, en remontant du quinzième au onzième siècle, depuis la croisée qui commençait à détrôner l'ogive, jusqu'au plein cintre roman qui avait été supplanté par l'ogive (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 71). L'izba russe a supplanté, en effet, avec le progrès de la culture et du bien-être, la rudimentaire et fruste kuta finnoise, dont les toits bas de branchages et de terre sourdent encore çà et là dans les coins écartés de la région marécageuse (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 166).
Empl. pronom. réciproque. Semblables aux estomacs usés (...) pour lesquels il faut tenter sans cesse de nouvelles combinaisons culinaires, ils [les frivoles] attachent tout leur intérêt à la succession des manières qui toutes les dix années se supplantent les unes les autres (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 441).
Prononc. et Orth.:[], (il) supplante [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1re moit. XIIe s. suplanter les miens pas « me faire tomber » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, CXXXIX, 5, p. 217); 2e moit. XIIe s. fig. supplanter de Deu « le faire tomber de son amour, l'écarter de lui » (ADGAR, Gracial, éd. P. Kunstmann, XXVI, 505); b) ca 1330 supplanter qqn « le vaincre » (GUILLAUME DE DIGULLEVILLE, Pélér. vie hum., éd. J. J. Stürzinger, 6364) — 1771, Trév.; c) 1458 supplenter qqn « le tromper » (ARNOUL GRÉBAN, Passion, O. Jodogne, 30922); p. ext. 2. a) 1585 supplanter qqc. « le substituer, le mettre à sa place » (DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 75); b) 1660 supplanter qqn « l'évincer et prendre sa place »(MOLIÈRE, Précieuses ridicules, sc. 15). Empr. au lat. biblique supplantare « abattre moralement », « tromper » et « prendre la place de », v. BLAISE Lat. chrét., du class. « donner un croc en jambe, renverser à terre » (corresp. au gr. « donner un croc-en-jambe », d'où « duper », « faire trébucher », dér. de « glisser la jambe, faire un croc en jambe » de « jambe »), dér. de plantare, v. planter. Cf. le m. fr. surplanter « remplacer, changer » 1460-92 (Myst. de St Quentin, éd. H. Chatelain, 10889) et une forme plus francisée sousplanter « enlever, soustraire » XIIIe s. (JEAN DE BOVES, De Barat et de Haimet ds A. de Montaiglon et G. Raynaud, Rec. de Fabliaux, t. 4, p. 406). Fréq. abs. littér.:141.

supplanter [syplɑ̃te] v. tr.
ÉTYM. XIVe; « renverser », v. 1120; lat. supplantare « faire un croc-en-jambe à qqn »; « évincer » en lat. ecclés.; de sub-, et plantare.
1 Passer devant (qqn); faire perdre à (qqn) son crédit, afin de prendre sa place. Dégoter (vx, supra cit. 1), déposséder, évincer; → Couper, faucher l'herbe sous les pieds de qqn; prendre la place de… || Supplanter qqn à une place, auprès de qqn. || Toujours prêt dans la concurrence à trahir l'un, à supplanter l'autre (→ Décrier, cit. 2).Spécialt. || Supplanter un rival aimé (→ Orgueilleux, cit. 6). || Être supplanté par qqn dans le cœur d'une femme (→ Esbroufant, cit. 2).
1 J'aurais repris avec lui la même intimité qu'auparavant, si Coindet, s'interposant entre nous à son ordinaire, n'eût profité de mon éloignement pour s'insinuer à ma place et en mon nom dans sa confiance, et me supplanter à force de zèle à me servir.
Rousseau, les Confessions, X.
Pron. (sens réciproque) :
2 Les deux fils, à leur retour, trouvant cette jolie veuve installée dans la maison, avaient aussitôt commencé à la courtiser, moins par désir de lui plaire que par envie de se supplanter.
Maupassant, Pierre et Jean, I.
2 (Sujet n. de chose). Éliminer (une chose) en la remplaçant dans la faveur du public, dans l'esprit de qqn (→ Habitude, cit. 24). || Cette nouvelle danse a supplanté toutes les autres. || Mot qui en supplante un autre dans l'usage (→ aussi Quel, cit. 24).
DÉR. Supplantateur, supplantation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • supplanter — Supplanter. v. a. Faire perdre à quelqu un le credit, la faveur, l authorité, l establissement qu il avoit auprés d une autre personne. Il a supplanté son rival, supplanté tous ses concurrents. ils partageoient les bonnes graces du Prince, & ne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Supplanter — Sup*plan ter, n. One who supplants. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • supplanter — index alternative (substitute), replacement, substitute Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • supplanter — (su plan té) v. a. 1°   Faire perdre à quelqu un le crédit, la faveur, l affection, l établissement qu il avait auprès d une personne, et prendre sa place. •   C est trop de nous supplanter [auprès de nos dames], et de nous supplanter avec nos… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SUPPLANTER — v. a. Faire perdre à quelqu un le crédit, la faveur, l autorité, l établissement qu il avait auprès d une personne, le ruiner dans l esprit de cette personne, et se mettre à sa place. Il a supplanté son rival. Supplanter tous ses concurrents. On… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • supplanter — supplant ► VERB ▪ supersede and replace. DERIVATIVES supplanter noun. ORIGIN Latin supplantare trip up …   English terms dictionary

  • supplanter — noun see supplant …   New Collegiate Dictionary

  • SUPPLANTER — v. tr. Faire perdre à quelqu’un le crédit, la faveur, l’autorité, la situation qu’il avait, et se mettre à sa place. Il a supplanté son rival. Après avoir été longtemps populaire, il a été supplanté par d’autres dans la faveur publique. Vous… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • supplanter — noun Someone or something that supplants …   Wiktionary

  • supplanter — n. one who supplants, one who takes the place of another through force or intrigue …   English contemporary dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.